PROGRES DES FILLES = PROGRES VERS LES OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DURABLE

A l’instar de la communauté internationale, le Centre Féminin pour la démocratie et les droits humains en Côte d’Ivoire (CEFCI) célèbre, ce Mardi 11 octobre, la journée mondiale de la fille.

A cette occasion, le CEFCI voudrait sensibiliser l’opinion nationale et internationale sur la situation de la jeune fille en Côte d’Ivoire afin de promouvoir, protéger ses droits et la mettre à l’abri des violences. Commémorée cette année sur le thème : Progrès des filles = Progrès vers les objectifs de développement durable, il est désormais impératif pour la réalisation des objectifs de développement durable, d’améliorer les données disponibles sur les conditions de vie des filles et sur les problèmes qui freinent leur développement personnel.

Conscient des efforts consentis en la matière, le CEFCI voudrait féliciter et encourager le gouvernement qui a enregistré des progrès significatifs sur les principaux indicateurs socioéconomiques associés aux ODD. Ainsi, on relève, entre autres, une augmentation des inscriptions à l’école primaire, une parité entre filles et garçons dans la scolarisation au primaire, une réduction de la mortalité infantile, une réduction de la prévalence du VIH/SIDA et une amélioration de l’approvisionnement en eau potable.

Cependant, les défis restent encore nombreux et des efforts doivent être réalisés pour le plein épanouissement de la jeune fille en Côte d’Ivoire qui représente l’avenir de la Nation. Il s’agit notamment de la pratique des mutilations génitales féminines, du mariage précoce et/ou forcé, des violences sexuelles, des grossesses en milieu scolaire, du difficile accès à une alimentation saine et équilibré.

Dans d’autres contrées, nous notons malheureusement les multiples exploitations y compris le trafic à des fins de prostitution, nous ne pouvons oublier l’enlèvement de filles, comme ce fut le cas des lycéennes dans la ville de Chibok au Nigeria par le groupe extrémiste « BOKO HARAM » qui sont toujours captives avec tous les risques inhérents à leur vie et à leur intégrité physique.

Au vu de ce qui précède, et conformément au protocole de Maputo, à la charte africaine des droits de l’homme et à la Déclaration 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies que la Côte d’Ivoire a ratifié, le CEFCI fait les recommandations suivantes :

• A la communauté internationale

– Accroître leurs efforts dans la réalisation des objectifs du développement durable ;

– Œuvrer avec détermination pour le retour des lycéennes victimes de l’enlèvement du groupe extrémiste « BOKO HARAM ».

• Aux partenaires au développement

– Continuer à apporter leur appui technique et financier pour la promotion des droits de la fille.

• Au gouvernement

-Consolider les acquis des OMD au profit des ODD particulièrement en matière d’éducation primaire pour tous, de santé, de lutte contre la pauvreté ;

– Voter une loi pour l’égalité hommes /femmes dans tous les secteurs ;

– Soutenir les organisations de promotion des droits des femmes et des filles dans la promotion et la protection des droits des filles.

• Aux Organisations Non Gouvernementales (ONG)

– Continuer à travailler pour l’amélioration de la condition de la fille en Côte d’ivoire ;

– Conjuguer leurs efforts de communication et de plaidoyer dans la mise en œuvre des projets et programmes de développement associés aux ODD.

Abidjan, le 11 Octobre 2016

Pour le CEFCI La Présidente Mme KONE M. Julie